Dylan Dubois de Martine Pouchain ♪ Society ♪

– On est jamais en sécurité, on a juste l'illusion d'y être. Et l'illusion nous endort : on croit que tout est dû, on ne fait plus le moindre effort.

dylan dubois

 

Quand les éditions Sarbacane m’ont envoyé la présentation de leur nouvel X’prim, Dylan Dubois, j’ai immédiatement su que je devais découvrir ce titre. Le résumé m’appelait, et à raison puisque je ressors toute retournée de ma lecture !

Après un an passé en foyer, Dylan revient chez son père qui n’arrivait plus à s’occuper de lui. Mais une surprise l’attend : Cynthia, la nouvelle petite amie de son père. Et Dylan se rend rapidement compte que celle-ci est une manipulatrice hors-pair ! Refusant d’entrer dans son jeu, le jeune homme embarque son chien et fuit vers la forêt.

Le silence n'est jamais silencieux. Il est lourd du chant des oiseaux, et du vent, et du murmure d'être qui furètent, halètent, se fraient des chemins de lumière. Dans les villes, il est saturé du bruit de moteur, klaxons, musiques échappées. La nuit y ajoute celui des téléviseurs qu'on allume pour régler son compte à l'ennui. Le vrai silence ressemble à la mort. Le silence que l'on désire bruit toujours.

Adolescent cassé et en rupture avec la société, Dylan Dubois aurait facilement pu devenir un cliché… Pourtant, il n’en est rien : Martine Pouchain nous dépeint un garçon lumineux et plein de sagesse. Dylan est un héros qui porte sur le monde un regard intéressant, poussant à la réflexion.  Le parcours de Dylan, tout le long du roman, est un véritable voyage initiatique, aussi bien pour le garçon que pour le lecteur. L’auteure y aborde des thèmes forts : l’adolescence, bien sûr, mais elle nous montre également comment se relever après une épreuve difficile, comment trouver qui on est vraiment.

– J'ai un peu peur. Mais je suis aussi très curieux. Parce que la mort, tu vois, c'est un genre de cerise sur le gâteau… Attends, non, en réalité, elle est même l'épice essentielle du gâteau : sans elle, il n'aurait aucun goût.

Pour autant, le style de Martine Pouchain est un peu déroutant : langages familier et soutenu se côtoient, ce qui peut surprendre au début. Mais on finit par s’habituer à ce mélange pour le moins saisissant. Et finalement, il en devient même agréable de voir une auteure oser utiliser des mots compliqués dans un roman destiné aux adolescents. La poésie du texte fait vraiment chaud au cœur et nous ramène à l’essentiel : elle nous fait oublier le superficiel et ce qui nous embrouille l’esprit. Pas de technologie, ni de besoin superflu : Dylan nous rappelle que le bonheur est à portée de main.

Tu dois vivre dans le présent, te lancer au-devant de chaque vague, trouver ton éternité à chaque instant.
Mes vagues à moi sont vertes, mais chacun de mes instants vaut son pesant d'éternité.

Malgré une fin un peu brutale et précipitée, Dylan Dubois est donc un roman qui fait du bien. Une lecture apaisante et reposante que je vous conseille grandement !

Ce soir est inconnu, inquiétant, à l'image de ma rage qui décroit à mesure que le nectar de la liberté se répand.

Dylan Dubois de Martine Pouchain
Edition Sarbacane
280 pages – 15€50

Eddie Vedder – Society

//

Dylan Dubois de Martine Pouchain ♪ Society ♪
Dylan Dubois de Martine Pouchain ♪ Society ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1060740782’))

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s