Silence Radio d’Alice Oseman

Silence radio.jpgRadio Silence est sorti le 25 février 2016 en version originale. Ma meilleure amie l’a lu dès sa sortie et cela fait donc un an que j’entends en boucle : « il faut absolument que tu lises Radio Silence ! ». Elle était tellement obsédée par ce roman qu’elle a sauté au plafond dès qu’elle a su que j’avais reçu les épreuves non corrigées. Je n’ai pas fait durer l’attente (elle m’aurait encore plus harcelé sinon XD). J’ai donc commencé Radio Silence (ou plutôt Silence Radio en français)… pour le terminer en moins de vingt-quatre heures !

Malgré elle, Frances s’est forgé une étiquette d’intello. Le sérieux, c’est son « truc » et elle fait tout ce qu’elle peut pour atteindre l’objectif ultime de tout intello qui se respecte : entrer à Cambridge. Son quotidien est sans surprise, rythmé par ses devoirs mais aussi par sa passion pour Universe City, un podcast dirigé par le mystérieux Radio… jusqu’au jour où elle va discuter avec Aled, son voisin peu bavard. Avec lui, pas besoin de jouer un rôle, Frances peut enfin être elle-même !

Avec Silence Radio, Alice Oseman se montre ambitieuse : un tel résumé aurait pu laisser présager une romance plutôt banale mais c’est sans compter le talent de l’auteur. En effet, d’emblée, la narratrice met les choses au point : il ne faut pas compter sur une belle histoire d’amour entre Aled et elle ! Silence Radio devient alors un roman détonnant, basé sur une amitié forte et sincère, comme chacun peut le vivre. Et ça fait du bien ! Dans ce roman frais et contemporain, on s’identifie facilement aux personnages, notamment grâce aux nombreuses références à la pop culture : musique, film, série… Alice Oseman est une auteure définitivement ancrée dans son époque !

Et s’il n’y avait que ça ! Alice Oseman dépeint avec justesse l’adolescence. Pas celle que l’on voit à la télévision ou au cinéma mais la vraie : celle où une fille et un garçon peuvent être amis sans avoir envie de coucher ensemble, celle où une fille et sa mère peuvent être complices sans tomber dans la caricature. Frances est une héroïne touchante : toutes ses interrogations font écho à ce que l’on peut vivre au quotidien : choisir entre ce que les gens attendent de nous et ce que nous voulons, jouer un rôle ou cacher qui nous sommes pour avoir une vie sociale. Aled est également un personnage tout en nuances : derrière son ordinateur, il arrive à être pleinement lui-même alors que IRL, il a du mal à s’exprimer. Pour autant, Aled ne sombre pas dans la caricature : Alice Oseman a travaillé son caractère avec soin.

« – Parce que tu es moi, littéralement. Sans les zones d’ombre.
– Des zones d’ombre, on en a tous. Notre âme n’est que noirceur. »

L’année solitaire, le roman précédent de l’auteure, avait déjà été un gros coup de cœur grâce à ses héros si proche de nous. Avec Silence Radio, Alice Oseman nous prouve qu’elle est définitivement une auteure à suivre. Plus que de passer un bon moment, Silence Radio nous propose une réflexion sur la quête d’identité, tant et si bien qu’on ressort de cette lecture avec l’impression que tout est possible. Rendez-vous donc en librairie le 8 juin, pour découvrir à votre tour cette petite pépite !

Silence Radio d’Alice Oseman
Edition Nathan Jeunesse
415 pages – 16€95

Publicités

Une réflexion au sujet de « Silence Radio d’Alice Oseman »

  1. Ping : Bilan du mois |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s