Le silence des sirènes Sarah Ockler

le silence des sirenesLe destin d’Elyse était tout tracé : sa jumelle et elle allaient devenir des chanteuses mondialement connues, enchaînant les tournées. Pourtant, un accident va remettre en question leur projet : l’adolescente perd sa voix et en même temps le chant, sa raison de vivre. Ne pouvant supporter le regard compatissant de son entourage, Elyse fuit en Oregon, chez sa tante.

Avec un tel titre, il était évident que Le silence des sirènes allait accompagner mes vacances. Dès les premières pages, Sarah Ockler nous transporte dans une petite ville portuaire au charme pittoresque. En lisant la quatrième de couverture, j’ai craint que tout ne tourne qu’autour d’une romance plutôt classique : la fille au destin tragique et le bad boy qui lui redonne goût à la vie. Heureusement, l’auteure préfère se focaliser sur la reconstruction d’Elyse, un thème qui fera écho au vécu de nombreux lecteurs. En effet, on a tous eu, à un moment donné, un rêve qui s’est retrouvé brisé : comment trouver la force alors, de se relever et de choisir un autre rêve qui nous rendrait à nouveau heureux ? Dans un style agréable à lire, Sarah Ockler parvient à trouver les mots justes : certaines phrases, écrites en vers, forment une jolie mélodie à la lecture.

“Quand un de nos rêves prend feu sous nos yeux, rien ne nous oblige à nous effondrer. Il suffit de se mettre à quatre pattes et de tamiser les cendres jusqu’à trouver la toute dernière braise, la toute dernière étincelle. Et de souffler. Souffler. Souffler. Jusqu’à allumer un nouveau foyer.”

Et si l’histoire pourrait sembler classique aux yeux de certains, Sarah Ockler va plus loin et propose également à ses lecteurs une réflexion sur les méfaits du tourisme de masse, la pression sociale et même la théorie du genre… Dans son roman, l’auteure nous dépeint des personnages féminins de caractère, des personnages masculins moins sûr d’eux et des petits garçons qui ne trouvent pas juste que seules les petites filles puissent se déguiser en sirènes.

“C’était une tactique que je connaissais bien. La fureur est plus facile à supporter, à canaliser, que la tristesse. C’est une lame nette et tranchante, contrairement à la tristesse dont les contours sont émoussés.”

En bref, si vous aimez les romans d’été guimauve mais pas trop ou si vous aviez déjà aimé les romans de Sarah Dessen, n’hésitez pas à découvrir Le silence des Sirènes. On y retrouve une ambiance intimiste, des personnages attachants, mais également des histoires d’amour et d’amitié qui font du bien au moral… le tout dans une ville où on adorerait passer nos vacances, alors pourquoi se priver ?

Le silence des sirènes de Sarah Ockler
Edition Nathan
464 pages – 16€95

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le silence des sirènes Sarah Ockler »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s