The Memory book : Lara Avery’s interview ! [English version]

Lara Avery

  • Can you present The Memory Book ?

Sammie McCoy, an ambitious, feminist senior in high school, is losing her Memory as a result of a brain disease. She begins to write to a future version of herself, hoping it will reverse the effects of the disease. Even when it seems like her dreams will be taken away, she fights back, opens her eyes to her surroundings, and without expecting it, falls in love.

  • How did you have the Idea of The Memory Book ?

My editor Annie Stone and I developed it together, along with the team at Alloy Entertainment.

  • In The Memory Book, Sammie writes the Book to the future Sammie. Do you started to write the Book like this or did you have this idea later ?

We started this way, and because of it, the Book really flowed. It always helps to know who you’re writing to.

  • A lot of novel are about Teenage disease, usually cancer, but you choose a unknown disease: Niemann Pick. Why this choice? Can you explain what it it ?

The effect of Niemann-Pick Type C on the brain is similar to dementia or Alzheimer’s. The body ceases to metabolize properly, and a build-up of lipids (or fats) blocks neurological functions. NPC causes degeneration of muscles, nerves, insides, and more. It’s an all-around miserable process, but it stands out as truly heartbreaking because the patient not only loses control of their body, they lose control of their emotions and their memories.

Many people have grandparents and parents affected by dementia (myself included), but when Annie (my editor) stumbled on Niemann-Pick, it was almost inconceivable that a young person should have to lose their memories before they could even collect two decades’ worth. We wanted to explore this process in order to find hope and strength at its core, unlikely as that may be.

I’ve read all those teen cancer Books, and I imagine other readers have, as well. To be honest, I’m not crazy about putting a romantic lens on the diminishing of any young woman, whether it’s emotional or a disease taking over her body. There are these sort of “Ophelia narratives,” the tragic wilting flower of a teenage girl, et cetera. No, thanks.

It became incredibly important that Sammie not fall into any of those narratives. And yet, the fact is that NPC exists, and cancer exists, and those who are affected by these diseases should have stories about them.

This is why Sammie is the one to “write the Book.” She controls her story and how much of the physical process she wanted to reveal. She decides when she wants to show her optimistic side, she decides when she wants to be honest about the difficulty of her situation, and even when she starts to get lost, she decides when she wants to document the bad parts.

I’ve already been asked, why didn’t you get more into the physical details of the disease? And my answer is: if you were dying, what would you want to remember? The exact angle at which an IV goes into your arm, or a beautiful day with someone you love? I think Sammie would choose the latter, and I always thought of this as her Book, not mine.

  • When you wrote your Book, have you thought about a message you want to convey to the readers ?

It wasn’t until after I was done! But then I realized that I hope it inspires young women to document their lives in whatever way they can—control their stories like Sammie controls hers. In the age of social media, a journal or a diary seems like an ancient ritual, but when writing, there’s no one to look good for, there’s no one to shame you, no reason to be embarrassed when asking big questions.

I remember being a teenage girl vividly, and I was always giving myself away or pretending to be a certain way. To the boys I liked, to my parents, to my teachers, to my friends. And really, unless you hide, women will be asked to give themselves up for the rest of their lives, not just when they’re young. A journal, or any piece of self-expression that you do just for you, is a little world that you can control. It’s a part of you that you don’t have to give away. I hope every woman finds that.

  • When you write, do you listen or think of a song, an artist? What inspire you ?

For this Book it was : The Department of Eagles, Hot Sugar, Radiohead, Menomena, and Beyonce (let’s be real, I listen to her for every Book, because I listen to her constantly).

A lot of the time, though, I put on a piece called “Disintegration Loops” by William Basinski. It’s the sound of a taped orchestra looping over and over until the tape wears out. It’s weird, I know, but the white noise helps me concentrate.

  • The Memory Book is going to be released in July in the USA, French readers are going to be the first to discover your new Book (and you, because The Memory Book is the first of your Books have been published in France). How do you feel about this ?

C’est fantastique! I love France. I’ve stayed in Paris for a week or so, and my favorite movie of all time, The Science of Sleep, is by French director Michel Gondry. I couldn’t be more thrilled to reach French readers, and to hear what you all think!

  • Is that you know what your next novel is about ?

There are two in the works right now, but I can’t say much. One is about a boarding school in the near future; the other is about a bartender, a soldier, and fake marriage. Both are a lot of fun.

  • Did you plan to come in Europe for signing or meeting readers ?

I certainly hope so. I don’t have the funds right now, but when I do, I would love to meet European readers.

  • Have you got something else to tell us? A message to your readers and future readers ?

I hope you enjoy The Memory Book, and love reading Sammie as much as I loved writing her. Thank you for reading—not just my Book, but any Book. Please never stop!

Thanks to Lara Avery for her disponibility and her kindness
Lara Avery is on Twitter : span>span>@LaraAvery

//

Publicités

The Memory Book de Lara Avery ♪ Fight Song ♪

the memory bookSamantha a des rêves plein la tête : intégrer une prestigieuse université, arriver première au concours d’éloquence, devenir une avocate réputée mais ça, c’était avant l’arrivée de la maladie de Niemann-Pick type C. Non seulement, elle va, peu à peu, perdre ses capacités physiques mais également ce qu’elle a de plus précieux : son cerveau. En effet, la maladie s’accompagne de perte de mémoire, démence et trouble de l’élocution. Samantha va vite comprendre que ses ambitions doivent être revues à la baisse. Pourtant, elle veut se souvenir de qui elle est, de ce qu’est sa vie. L’adolescente écrit donc un livre pour la future elle, un livre lui racontant une histoire : la sienne.

Si vous avez été touché par Nos étoiles contraires, vous allez adorer The memory book ! Vous avez dû lire cette recommandation sur des dizaines d’autres romans mais celui de Lara Avery est une petite pépite qui fera chavirer votre cœur ! Il faut dire que Samantha est une héroïne plus qu’attachante. Il est vraiment facile de s’identifier à elle : on a tous nos certitudes, nos rêves, jusqu’au jour où ils se retrouvent balayés. Et c’est là que l’auteure nous délivre un magnifique message : il ne faut jamais baisser les bras ! Et même si Samantha est malade, ce message peut résonner en chaque être humain qu’il soit lui-même atteint d’une pathologie ou simplement démotivé. The memory book devient alors un vrai rayon de soleil capable de vous rebooster.

//

Il n’y a pas beaucoup de certitudes dans la vie. En revanche, tout est possible.

Le style de l’auteure est original et prenant : dès la première page, la narratrice nous interpelle par un « tu » qui surprend. Et même si Samantha se parle à elle-même, à travers ce « tu », on n’en reste pas moins directement impliqué dans son quotidien : sa maladie, ses premiers émois amoureux, sa famille… L’auteure ne donne pas à lire un roman sur une pathologie mais bien un roman sur l’adolescence, qu’elle dépeint avec une justesse incroyable.

Je crois que la plupart du temps, les gens font semblant de s’amuser sur les photos, juste pour convaincre les autres qu’ils s’éclatent. Mais ce n’est pas la vie, pas vrai ?

Bref, vous l’aurez compris, The memory book est un immense coup de cœur, un roman qui vous donnera du baume au cœur, bouleversant mais bourré d’optimisme. Je vous conseille donc fortement de découvrir ce petit bijou dès sa sortie en librairie, le 12 mai prochain !

The memory book de Lara Avery
Edition Lumen
442 pages – 15€

The Memory Book de Lara Avery ♪ Fight Song ♪
The Memory Book de Lara Avery ♪ Fight Song ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1936644851’))

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri ♪ Smoke on the water ♪

tu tueras le pèreTu tueras le Père est l’un des premiers titres sortis dans la toute nouvelle collection de Robert Laffont : La Bête noire, dirigée par Glenn Tavennec (le directeur de la Collection R). Aux vues de la qualité des ouvrages proposés dans la catégorie YA, il me tardait de découvrir ce que la Bête avait dans le ventre. Verdict : du bon, du très bon même !

Un soir, Colomba Caselli, commissaire en arrêt maladie, est appelée en urgence par son mentor, le commissaire Rovere, sur une scène de crime : une femme a été retrouvée décapitée et son petit garçon reste introuvable. Tout porte à croire que le mari a fait le coup mais Rovere n’y croit pas et demande à Colomba d’enquêter de son côté. La jeune femme fait alors appel à Dante Torre, un expert en disparition. L’homme a lui-même été enlevé quand il était enfant et a passé plusieurs années enfermé dans un silo, séquestré par un homme dangereux qu’il appelait « le Père ».
En examinant la scène du crime, Dante se rend rapidement compte que l’enfant disparu a en réalité été enlevé par son ancien geôlier mais faute de preuves, Colomba et Dante vont devoir enquêter seuls et se confronter aux démons du passé…

Avec une intrigue bien ficelée et efficace, Tu tueras le Père est un roman palpitant qui vous mettra les nerfs en pelote ! Si dans les premières pages, l’histoire s’installe doucement, plus on avance, plus le suspense devient insoutenable. Sandrone Dazieri signe un thriller aussi addictif que réussi, un roman qu’il est difficile de poser ! L’auteur remplit largement sa mission : les six-cent cinquante pages se lisent sans mal !

Il faut dire que Dante et Colomba forment un duo de choc original et attachant. Là, où on a généralement un personnage fort et un autre plus fragile, Sandrone Dazieri préfère créer des héros plus humains, avec chacun leurs forces et leurs faiblesses. L’équilibre du couple est une force pour l’intrigue car l’entraide va être au cœur de leur relation, c’est ce qui justifie les liens qui se tissent entre nos deux héros. Si Colomba affronte plus facilement ses démons, Dante, lui, apporte un côté léger à l’histoire, malgré les événements traumatisants de son passé. Par exemple, sa claustrophobie est tellement développée (à raison, vu son enfermement), que les situations les plus simples telles que se déplacer ou prendre un ascenseur, en deviennent caucasses !

La plume de l’auteur est quant à elle fluide et facile à suivre, même pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude des thrillers. Les explications sont claires et on essaie de résoudre l’enquête avec Dante et Colomba (en vain pour ma part car je n’ai pas su deviner le dénouement). Enfin, ce thriller est également dépaysant par son décor. En effet, l’intrigue se déroule en Italie et nous écarte des lieux communs des habitués des thrillers.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré Tu tueras le Père, un roman diablement efficace qui offre un bon moment de lecture. A lire sans modération pour tester son sang froid !

Un grand merci à la Bête pour cette lecture palpitante et plus particulièrement à Cécile !

Tu tueras le Père de Sandrone Dazieri
Edition Robert Laffont (la Bête Noire)
672 pages – 21€50

Deep purple – Smoke on the water

//

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri ♪ Smoke on the water ♪
Tu tueras le père de Sandrone Dazieri ♪ Smoke on the water ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-931422611’))

Lauren Oliver sort une nouvelle saga jeunesse !

Alors que son roman adulte, Les intrus paraîtra le mois prochain en France chez Hachette, Lauren Oliver sort en VO une nouvelle histoire jeunesse, La maison des curiosités, le 29 septembre. Ca sera son deuxième livre pour enfant après la trilogie Lily et Po que j’avais adoré, il me tarde de lire cette nouvelle saga ! En plus, Lauren Oliver ne s’est pas entouré de n’importe qui puisqu’il semblerait que ce soit Benjamin Lacombe qui ait réalisé les illustrations !

Couverture :

cover_curiosity_house

Résumé (traduction perso) :

La maison des Curiosités : La Tête réduite est un livre parlant entre autre : du garçon le plus fort du monde, d’un cacatoès parlant, d’une voyante approximative, d’une belle femme à barbe, d’un magicien nerveux, d’un vieux musée et d’une tête réduite.

Nés avec des capacités extraordinaires, les orphelins Philippa, Sam et Thomas ont grandi dans la joie au musée des monstres, bizarreries et merveilles de Dumfrey. Mais quand Max, un enfant lanceur de couteaux, se joint au groupe, il  déclenche une série d’évènements extraordinaires !

Lorsqu’une tête réduite amazonienne du musée est volée, les quatre enfants sont prêts à tout pour la récupérer… Mais ils sont loin de s’imaginer que cette recherche va les amener à enquêter sur une série de meurtres qui semblent liés à leur passé !

Ce que vous trouverez dans ce livre :

    Une femme à barbe plutôt séduisante
    Plusieurs meurtres scandaleux
    Une tête réduite amazonienne délicieusement dégoûtante
    Quatre enfants extraordinaires avec des capacités tout aussi extraordinaires
    Un oiseau parlant très loquace

Ce que vous ne trouverez pas dans ce livre:

    Un comptable nommé Seymour
    Une file interminable à la poste
    Les choux de Bruxelles (Brrrrr)
    Une conférence sur la finition de tous vos devoirs à temps
    Une histoire pleine de guimauves pour de jolies petites filles et les garçons

Quelques illustrations :

la_maison_des_curiosit_

Pour plus d’informations (et surtout d’illustrations), n‘hésitez pas à visiter le site Web de la nouvelle saga de Lauren Oliver !

EDIT : le roman sortira chez Hachette en octobre 2016 !

Nouvel Edit du 23/09/2015 : Le trailer du roman est désormais disponible !

//

 

Lauren Oliver sort une nouvelle saga jeunesse !
Lauren Oliver sort une nouvelle saga jeunesse !

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1144935177’))

Un très grand prince de Célia Le Dressay

un très grand princeIl était une fois un très grand prince, grand mais uniquement par la taille car son cœur, lui, était tout petit. Il avait tellement un mauvais caractère qu’il préférait vivre seul, jusqu’au jour où une petite fille vint lui demander de l’aide…
 
Avec ses couleurs tout en douceur, Un très grand prince est un album qui fait passer un bien joli message. L’histoire commence un peu comme dans La Belle et la Bête : un méchant dirigeant, une visite qui se solde par l’énervement du prince… mais j’ai vite compris que la comparaison s’arrêtait là. Un très grand prince met en avant des valeurs telles que la gentillesse et le respect. Le personnage du prince nous montre enseigne qu’il faut s’ouvrir aux autres et celui de la petite fille est pour moi le plus intéressant. En effet, elle ne juge jamais le prince, elle ne lui fait pas la morale. Au contraire, elle se montre encourageante et gentille : un message positif qui réchauffe les cœurs !

DSC_2456

Les illustrations sont dans la même veine que l’histoire : les couleurs sont lumineuses mais restent très tendres. Il suffit d’ailleurs de voir la couverture pour être immédiatement conquis. Les mimiques des personnages sont également très travaillées et parleront même aux enfants les plus.

En résumé, Un très grand prince est un album vraiment mignon qui fera sourire même les enfants aux plus mauvais caractères. Il nous prouve qu’en nous ouvrant aux autres, la vie est plus belle : une très belle leçon ! Un grand merci à L’école des loisirs pour la découverte !

école des loisirs

 

 

 

 

Un très grand prince de Célia Le Dressay
Edition : L’école des loisirs
40 pages – 12€70

 

//

Un très grand prince de Célia Le Dressay
Un très grand prince de Célia Le Dressay

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1144989889’))

Le noir quart d’heure de Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout

le noir quart d'heurePure nordiste, je ne pouvais que craquer pour Le noir quart d’heure, cet album bien de chez moi ayant pour décor les cités minières du Nord de la France et de la Belgique !

Le soir, avant d’aller dormir, une tradition rythme le rituel de sommeil des enfants : le noir quart d’heure, un moment où mère et enfants se racontent une histoire, dans le noir…

Le noir quart d’heure est un album à partager quand le noir quart d’heure tombe, ce moment magique où l’enfant s’apprête à rejoindre le royaume des rêves. Le texte de Carl Norac est empli de poésie et de tendresse : il nous rappelle que ces minutes passées ensemble sont primordiales pour le développement de l’enfant. Son imagination est alors sans limite.

Mais Le noir quart d’heure est également un régal pour les yeux. Les illustrations d’Emmanuelle Eeckhout m’ont transportée : elles jouent sur les contrastes plutôt. Si le fond est à mi-chemin entre le noir et le gris, des touches de blanc et jaune illuminent les pages. Le résultat n’est donc jamais sombre mais lumineux et invite à la rêverie.

Je vous laisse donc avec une lecture de l’album par son auteur en vous souhaitant un très bon moment…

Un grand merci à L’école des Loisirs pour cette jolie histoire !

Le noir quart d’heure de Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout
Edition L’école des loisirs
32 pages – 13€

//

Le noir quart d'heure de Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout
Le noir quart d'heure de Carl Norac et Emmanuelle Eeckhout

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-730274546’))

The Mortal Instruments – Tome 4 – La cité des Âmes Perdues de Cassandra Clare ♪ Ghost love Score ♪

La-cité-des-ténèbres-T4-La-cité-des-anges-déchus-306x500Le tome quatre de The Mortal Instruments était dans ma PAL depuis un bon moment et c’est grâce à Aude, ma double Serial Blogueuse qu’il en est sorti. Cette lecture tombait à pic puisque le cinquième opus vient de sortir !
 
Résumé de l’éditeur : La guerre est terminée, et Clary Fray rentre à New York. Elle s'entraîne pour devenir Chasseur d'Ombres et utiliser au mieux son pouvoir. Mais la paix ne dure qu'un temps. Des Chasseurs d'Ombres se font assassiner, et la tension monte avec les Créatures Obscures. Une nouvelle guerre pourrait éclater à tout moment…
Au même moment, Simon se retrouve à la rue lorsque sa mère découvre qu'il est un vampire. Mais tout le monde le veut – lui et ses pouvoirs – de son côté. Et ils ne reculeront devant rien pour l'obtenir. Jace semble prendre ses distances avec Clary, qui s'aperçoit que son pire cauchemar devient réalité : elle a enclenché une terrible série d'événements qui pourrait lui faire perdre tous ceux qu'elle aime. Jace compris.
 
Si la première trilogie mettait Clary en avant, ici, c’est Simon le personnage central de l’histoire. Fraîchement vampirisé, Simon est toujours aussi drôle et je l’aime autant même si Cassandra Clare en a fait un super vampire qui peut marcher en plein jour et qui en plus, porte la marque de Caïn non (oui, la marque de Caïn, comme dans Supernatural XD) donc autant vous dire qu’il ne faut pas l’embêter. D’habitude, je suis un peu gênée par ce genre de facilités scénaristiques mais pour le coup, on sent bien que Cassandra Clare a doté Simon de ces capacités pour servir l’intrigue. Par contre, j’aurai aimé voir plus Magnus et Alec (oui je suis une groupie et alors ? XD). L’humour de Jace est, quant à lui, au rendez-vous. Je me suis régalée !

//

Jace dévisagea Simon comme s'il avait perdu la tête.

– Oublie ce que je viens de dire, reprit celui-ci. Ca t'arrive tout le temps, pas vrai, d'être abordé par des filles ?
– Seulement quand je n'ai pas recours à un charme.
– Oui, parce que dans ce cas-là, les filles ne peuvent pas te voir. (Simon secoua la tête.) Tu es un danger public. On ne devrait pas te laisser sortir seul.
– La jalousie est un vilain défaut, Lewis, répliqua Jace avec un sourire en coin qui, en temps normal, aurait mis Simon hors de lui.

Concernant l’histoire, rien à redire. On retrouve avec plaisir le monde des Chasseurs d’Ombre. Cassandra Clare maîtrise à merveille son univers. Il faut dire que même si les Nephilims sont au cœur de la première trilogie de The Mortal Instruments, ou des Origines, on n'a jamais l’impression que l’auteur se répète. C'est toujours avec autant de plaisir que l'on suit les aventures de Jace, Clary et compagnie. Et si la première moitié du roman souffre de quelques longueurs, heureusement la suite est beaucoup plus rythmée. La cité des Anges Déchus est donc un très bon tome d'introduction. Nos émotions vont crescendo et le livre finit en apothéose : je sens que mon cœur va souffrir dans le tome cinq. Autant dire que je ne tarderais pas à lire la suite, surtout que celle-ci est sortie le mois dernier chez Pocket Jeunesse.

Dante apparente la foi à un amour dévorant, et peut-être que c'est blasphématoire, mais c'est ainsi que je vois l'amour que je te porte. Tu es entrée dans ma vie et soudain, j'ai trouvé une vérité à laquelle me raccrocher : le fait que tu m'aimes et que je t'aime.

The Mortal Instruments – Tome 5 – La cité des Anges Déchus de Cassandra Clare
Edition : Pocket Jeunesse
507 pages – 18€15

Nightwish – Ghost love Score

The Mortal Instruments - Tome 4 - La cité des Âmes Perdues de Cassandra Clare ♪ Ghost love Score ♪
The Mortal Instruments - Tome 4 - La cité des Âmes Perdues de Cassandra Clare ♪ Ghost love Score ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-756084319’))