Oceania – Tome 1 – La prophétie des oiseaux d’Hélène Montardre ♪ Mother Earth ♪

oceaniaFlavia a toujours vécu sur la côte Atlantique. Pourtant, face à l’océan qui ne cesse de gagner du terrain, son grand-père l’envoie aux États-Unis pour fuir une Europe qui se noie. Flavia rejoint New York, un bout du rêve américain, mais se rend vite compte que cette nouvelle vie est loin d’être celle qu’elle avait espérée…

Fiction ou récit d’anticipation ? Difficile de définir le roman d’Hélène Montardre… Une chose est sûre, c’est que vous ressortirez de cette lecture la tête remplie de questions sur l’avenir !

Tout d’abord, il faut noter que l’ambiance dans laquelle nous plonge l’auteure est loin d’être sereine par son contexte. En effet, suite à la fonte des glaces, le niveau des océans n’a fait que grimper et les côtes se sont retrouvés submergées. Certains continents s’y étaient préparés, construisant de hautes et impressionnantes digues de béton, d’autres, dont l’Europe, ont simplement ignoré l’ampleur de la menace. A partir de là, Hélène Montardre nous offre une intrigue qui peut sembler plutôt classique pour un roman catastrophe mais qui permet une intense réflexion. Océania est bien sûr un texte engagé pour la protection de la Nature, mais pas seulement. L’auteure nous amène également à réfléchir sur des sujets faisant écho à notre actualité tels que la manipulation des médias ou l’immigration. Si les héros sont jeunes, ils n’en restent pas moins intelligents et offrent un autre regard sur ceux qui fuient leur pays d’origine.
 

C'est difficile de quitter son pays, d'abandonner ses biens, son passé, son histoire, sa famille pour gagner un endroit où on ne veut pas de vous.

Flavia est d’ailleurs une héroïne plaisante à suivre. Il est facile de s’attacher à elle : Hélène Montardre ne cherche pas à en faire une adolescente forte qui cherche à tout prix à porter le poids du monde sur ses épaules. Au contraire, elle en fait une jeune fille normale, un peu naïve, mais pas extraordinaire, et c’est finalement ce petit côté banal qui la rend surprenante.

Ce n'est pas ce que les gens croient qui est important, c'est ce dont nous sommes capables

Les chapitres courts rendent la lecture très rapide et le style est vraiment agréable. Pour toutes ces raisons, Océania serait donc un roman à conseiller à ceux qui n’ont pas peur de voir leur vision du monde bouleversée. Pour ma part, il ne me reste plus qu’à plonger dans le deuxième tome de cette tétralogie, en espérant ne pas m’y noyer !

Océania – Tome 1 – La prophétie des oiseaux d’Hélène Montardre
Edition Rageot
352 pages – 5€20

//

Publicités

The Memory book : Lara Avery’s interview ! [English version]

Lara Avery

  • Can you present The Memory Book ?

Sammie McCoy, an ambitious, feminist senior in high school, is losing her Memory as a result of a brain disease. She begins to write to a future version of herself, hoping it will reverse the effects of the disease. Even when it seems like her dreams will be taken away, she fights back, opens her eyes to her surroundings, and without expecting it, falls in love.

  • How did you have the Idea of The Memory Book ?

My editor Annie Stone and I developed it together, along with the team at Alloy Entertainment.

  • In The Memory Book, Sammie writes the Book to the future Sammie. Do you started to write the Book like this or did you have this idea later ?

We started this way, and because of it, the Book really flowed. It always helps to know who you’re writing to.

  • A lot of novel are about Teenage disease, usually cancer, but you choose a unknown disease: Niemann Pick. Why this choice? Can you explain what it it ?

The effect of Niemann-Pick Type C on the brain is similar to dementia or Alzheimer’s. The body ceases to metabolize properly, and a build-up of lipids (or fats) blocks neurological functions. NPC causes degeneration of muscles, nerves, insides, and more. It’s an all-around miserable process, but it stands out as truly heartbreaking because the patient not only loses control of their body, they lose control of their emotions and their memories.

Many people have grandparents and parents affected by dementia (myself included), but when Annie (my editor) stumbled on Niemann-Pick, it was almost inconceivable that a young person should have to lose their memories before they could even collect two decades’ worth. We wanted to explore this process in order to find hope and strength at its core, unlikely as that may be.

I’ve read all those teen cancer Books, and I imagine other readers have, as well. To be honest, I’m not crazy about putting a romantic lens on the diminishing of any young woman, whether it’s emotional or a disease taking over her body. There are these sort of “Ophelia narratives,” the tragic wilting flower of a teenage girl, et cetera. No, thanks.

It became incredibly important that Sammie not fall into any of those narratives. And yet, the fact is that NPC exists, and cancer exists, and those who are affected by these diseases should have stories about them.

This is why Sammie is the one to “write the Book.” She controls her story and how much of the physical process she wanted to reveal. She decides when she wants to show her optimistic side, she decides when she wants to be honest about the difficulty of her situation, and even when she starts to get lost, she decides when she wants to document the bad parts.

I’ve already been asked, why didn’t you get more into the physical details of the disease? And my answer is: if you were dying, what would you want to remember? The exact angle at which an IV goes into your arm, or a beautiful day with someone you love? I think Sammie would choose the latter, and I always thought of this as her Book, not mine.

  • When you wrote your Book, have you thought about a message you want to convey to the readers ?

It wasn’t until after I was done! But then I realized that I hope it inspires young women to document their lives in whatever way they can—control their stories like Sammie controls hers. In the age of social media, a journal or a diary seems like an ancient ritual, but when writing, there’s no one to look good for, there’s no one to shame you, no reason to be embarrassed when asking big questions.

I remember being a teenage girl vividly, and I was always giving myself away or pretending to be a certain way. To the boys I liked, to my parents, to my teachers, to my friends. And really, unless you hide, women will be asked to give themselves up for the rest of their lives, not just when they’re young. A journal, or any piece of self-expression that you do just for you, is a little world that you can control. It’s a part of you that you don’t have to give away. I hope every woman finds that.

  • When you write, do you listen or think of a song, an artist? What inspire you ?

For this Book it was : The Department of Eagles, Hot Sugar, Radiohead, Menomena, and Beyonce (let’s be real, I listen to her for every Book, because I listen to her constantly).

A lot of the time, though, I put on a piece called “Disintegration Loops” by William Basinski. It’s the sound of a taped orchestra looping over and over until the tape wears out. It’s weird, I know, but the white noise helps me concentrate.

  • The Memory Book is going to be released in July in the USA, French readers are going to be the first to discover your new Book (and you, because The Memory Book is the first of your Books have been published in France). How do you feel about this ?

C’est fantastique! I love France. I’ve stayed in Paris for a week or so, and my favorite movie of all time, The Science of Sleep, is by French director Michel Gondry. I couldn’t be more thrilled to reach French readers, and to hear what you all think!

  • Is that you know what your next novel is about ?

There are two in the works right now, but I can’t say much. One is about a boarding school in the near future; the other is about a bartender, a soldier, and fake marriage. Both are a lot of fun.

  • Did you plan to come in Europe for signing or meeting readers ?

I certainly hope so. I don’t have the funds right now, but when I do, I would love to meet European readers.

  • Have you got something else to tell us? A message to your readers and future readers ?

I hope you enjoy The Memory Book, and love reading Sammie as much as I loved writing her. Thank you for reading—not just my Book, but any Book. Please never stop!

Thanks to Lara Avery for her disponibility and her kindness
Lara Avery is on Twitter : span>span>@LaraAvery

//

Je t’ai rêvé de Francesca Zappia♪ There’s a place ♪

je t'ai reveLa Collection R est connue pour sortir des romans hors du commun sans avoir peur des thèmes atypiques. J’avais donc hâte de découvrir Je t’ai rêvé, qui aborde la schizophrénie sur fond de romance contemporaine.

Alex a été diagnostiquée schizophrène quand elle était enfant. Son quotidien est fait d’hallucinations qui l’empêchent de distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Mais pour l’adolescente, hors de question d’aller en hôpital psychiatrique ! Alex veut finir le lycée et aller à l’université ! Peut-elle espérer un semblant de normalité ?

Si on devait qualifier Je t’ai rêvé en un mot, ce serait définitivement troublant : qu’on ait aimé ou non cette lecture, on n’en ressort pas indifférent ! Si le roman de Francesca Zappia débute comme une romance plutôt classique, la présence de la maladie d’Alex change la donne. A partir de là, l’auteur mène son intrigue avec brio : on avance doucement, comme si on marchait sur des œufs, sans savoir ce qui est réel et ce qu’invente Alex. Et même si l’on tente de démêler le vrai du faux, finalement, on se laisse quand même avoir : ce qui nous paraissait sorti de la tête d’Alex s’avère parfois vrai et ce que l’on croyait vrai se révèle faux. En instaurant ce climat de doutes perpétuels, l’auteure nous fait comprendre ce que c’est que d’être dans la peau d’une schizophrène.

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les personnages. Avec ses convictions et ses doutes, Alex est vraiment attachante. Il y a également Miles et ses autres camarades de classe, plus en retrait. On apprécie de voir les liens se tisser entre eux. Alors que souvent, dans d’autres romans YA, les amitiés ou les amours arrivent comme un cheveu sur la soupe, ici, Francesca Zappia laisse à ses personnages le temps de se connaître, ce qui rend l’histoire encore plus crédible.

Si vous cherchez une romance originale et pas niaise, je vous conseille donc vivement de découvrir Je t’ai rêvé. Francesca Zappia nous propose un premier roman touchant et intense. Bref, de quoi passer un très bon moment de lecture !
 

Je t’ai rêvé de Francesca Zappia
Edition Robert Laffont (Collection R)
450 pages – 18€50

All American Reject – There’s a place

//

Je t'ai rêvé de Francesca Zappia♪ There's a place ♪
Je t'ai rêvé de Francesca Zappia♪ There's a place ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1074894287’))

Livre Paris : La programmation jeunesse et YA !

Cette année, le salon du Livre (rebaptisé Livre Paris) se tiendra porte de Versailles du 17 au 20 mars. Voilà ce qu’il y a à savoir pour la programmation Jeunesse/YA

 

Les dédicaces !

PKJ

* James Dashner (Le jeu du maïtre, Le labyrinthe)
          Samedi 19 mars 2016 de 14h à 16h
          Dimanche 20 mars 2016 de 14h à 16h

* Stephane Michaka (Cité 19)
          Jeudi 17 mars 2016
          Samedi 19 mars 2016 de 12h à 14h

* Marie Pavlenko (Marjane)
          Dimanche 20 mars de 11h à 12h

Gallimard

* Christelle Dabos (Le passe-miroir)
Samedi 19 mars de 9h à 10h30

* Timothée de Fombelle (La bulle, Le rêve de Perle)
Dimanche 20 mars de 11h à12h30

Robert Laffont

* C.J. Daugherty (Le feu secret, Night School)
Samedi 19 mars de 9h à 11h
Dimanche 20 mars de 9h à 11h

* Carina Rozenfeld (Le feu Secret, La symphonie des abysses)
Samedi 19 mars de 9h à 11h
Dimanche 20 mars de 9h à 11h

* Cat Clarke (Perdue et Retrouvée)
Samedi 19 mars de 9h à 11h
Dimanche 20 mars de 9h à 11h

* Ingrid Desjours (Kaleb)
Jeudi 17 mars de 16h à 18h
Samedi 19 mars de 9h à 11h
Dimanche 20 mars de 9h à 11h

* Victor Dixen (Phobos)
Samedi 19 mars de 9h à 11h
Dimanche 20 mars de 9h à 11h

Flammarion

* Cassandra O’Donnell (Malenfer)

Editon 404
* Andy (Princesse 2.0)
samedi 19 mars de 12h à 15h

Albin Michel
* Mathias Malzieu (Journal d’un vampire en pyjama)
Samedi 19 mars de 15h30 à 17h

 

Les conférences

Samedi 18 mars de 17h à 18 h : Merveilleux et fantastique ? (Square Jeunesse)
Il n’y a plus vaste et plus foisonnant univers que celui des littératures imaginaires. En plein boom dans l’édition romanesque depuis 20 ans, c’est aussi depuis toujours un terrain de jeu privilégié pour les scénaristes et dessinateurs de bande dessinée. Entre réinvention de la tradition des contes et légendes illustrés et création de nouvelles imageries du surnaturel, le merveilleux et le fantastique inspirent la nouvelle génération d’auteurs du 9e art. Qu’ont-ils en partage et qu’est-ce qui fait la singularité des visions de chacun ?
Avec Patrick Sobral (Delcourt), Alex Alice et Richard Marazano (Rue de Sèvres).

//

Livre Paris : La programmation jeunesse et YA !
Livre Paris : La programmation jeunesse et YA !

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-879805599’))

La vraie recette de l’amour d’Agnès Laroche ♪ La recette du cake d’amour ♪

la vraie recette de l'amourC’est avec La vraie recette de l’amour que les éditions Rageot lancent leur nouvelle collection Pop pour les huit/douze ans !

Roméo aime deux choses plus que tout : la cuisine et sa voisine Juliette. Alors qu’il prépare un concours de cuisine, son meilleur ami lui demande de l’aide pour écrire des lettres à la fille qu’il aime à une fille dont il est tombé amoureux… Catastrophe, cette mystérieuse fille n’est autre que Juliette ! Aider son ami à conquérir la fille qu’il aime ou rester en dehors de cette histoire, tel est le dilemme de Roméo !

Pétillant et dynamique, voilà deux mots qui résument bien La vraie recette de l’amour. L’histoire se dévore comme un fondant au chocolat : si vous aimez les romans qui parlent de nourriture, je vous conseille de suivre Roméo dans ses aventures. Ce petit héros est plus qu’attachant. Alors que la théorie du genre continue de faire débat, Agnès Laroche nous prouve qu’on peut être un garçon et aimer faire la cuisine, le tout sans cliché ! Et même si l’intrigue peut sembler plutôt simple pour un lectorat plus âgé, je ne doute pas que La vraie recette de l’amour rencontrera un certain succès chez le lectorat cible.

DSC_3519(1)

De plus, l’objet-livre est une réussite : grâce aux rabats qui peuvent faire office de marque-pages, la couverture s’apparente à un joli emballage cadeau ! Les illustrations apportent quant à elles un vrai plus, même si je regrette la répétition de certains dessins. Les couleurs peps de la couverture et une police d’écriture assez grande encourageront ceux qui n’ont pas l’habitude de lire à découvrir cette petite pépite !

DSC_3521(1)

Bref, vous l’aurez compris, j’ai complètement craqué pour La vraie recette de l’amour, une histoire tendre et sucrée qui vous fera passer un agréable moment. Agnès Laroche revisite des classiques de la littérature avec un Roméo et Juliette, mêlé d’un Cyrano de Bergerac, dans lequel les thèmes de l’amitié, des responsabilités et de la famille occupent une place prépondérante : un roman à découvrir au plus vite, tout comme la collection Pop !

La vraie recette de l’amour d’Agnès Laroche
Edition Rageot
208 pages – 11€90

La recette du cake d’amour – Peau d’âne

//

La vraie recette de l'amour d'Agnès Laroche ♪ La recette du cake d'amour ♪
La vraie recette de l'amour d'Agnès Laroche ♪ La recette du cake d'amour ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-838767806’))

Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton ♪ Stitches ♪

le livre de toutes les réponses sauf unePas facile de s’intégrer dans un nouveau collège quand on s’appelle Bérénice Lamort… Heureusement, l’adolescente peut compter sur le soutien d’une autre élève : Pandora Hurlevent. Une amitié nait entre les deux collégiennes mais chacune cache un secret qui, une fois partagé, risque de chambouler leurs vies à tout jamais.

Après s’être fait connaître dans les domaines de la fantasy (June) et du thriller (Le suivant sur la liste), Manon Fargetton se lance dans un registre plus contemporain avec Le livre de toutes les réponses sauf une. Je commençais ma lecture sans apriori car je ne savais absolument pas de quoi le roman parlait et une heure plus tard, je le refermais, le classant immédiatement dans la rubrique énorme coup de cœur.

Le livre de toutes les réponses sauf une est une petite pépite que je vous conseille de découvrir dès sa sortie : Manon Fargetton y aborde avec finesse des thèmes forts tels que l’amitié, l’héritage familiale, le regard des autres, le deuil, l’homosexualité… Certes, dit comme ça, on pourrait croire que c’est un peu fouillis mais il n’en est rien. L’auteur maîtrise ses sujets sur le bout des doigts et l’intrigue est vraiment très subtile. De même, elle y incorpore une petite touche de fantastique, comme pour nous rappeler qu’on doit toujours amener un grain de magie dans nos vies !
 
Et que dire des personnages ? Manon Fargetton nous livre une fois de plus des personnages très attachants. J’ai adoré Bérénice et son sentiment de culpabilité, Lazare et sa force tranquille, Pandora et ses mystères. Chaque protagoniste a une sensibilité qui lui est propre et on en vient presque à regretter que le roman ne contienne pas davantage de pages, pour mieux apprendre à les connaître. Malgré tout, l’auteur va au bout des choses et développe convenablement ses héros. Le livre de toutes les réponses sauf une en devient un véritable concentré d’émotions : on passe du rire aux larmes, on est touchés, émus, c’est une histoire à laquelle on ne peut rester insensible.
 
J’ai également aimé retrouver dans ce roman des thèmes chers à l’auteur. A travers Le livre de toutes les réponses sauf une, Manon Fargetton nous offre des fragments d’elle-même : la musique (qui était déjà présente dans June), le théâtre (son autre vocation). Lire Le Livre de toutes les réponses sauf une m’a même donné envie de découvrir Bérénice, la pièce éponyme de Racine !

Vous l’aurez compris, j’ai adoré Le livre de toutes les réponses sauf une. Ce roman de deux cents pages se lit très vite : il m’a happé dans un tourbillon d’émotions et continuera de me hanter bien après sa lecture… Un livre magique qui vous marquera à coup sûr !

Le Livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton
Edition Rageot
192 pages – 6€45

Stitches – Shawn Mendes Cover by Sam Tsui

//

Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton ♪ Stitches ♪
Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton ♪ Stitches ♪

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1162813573’))

Le salon du Livre de Paris 2015 se prépare….

affiche SDL

Cette année, le salon du livre de Paris se tiendra Porte de Versailles du 20 au 23 mars. Cinq axes de programmation sont à retenir :

– Le Brésil, Pays invité
– Cracovie et Wrocław, villes invitées
– Tourisme, voyages & récits d’aventure
– Droit d’auteur, droit de l’homme
– Nos héros préférés

Le planning des dédicaces et conférences commence aussi à se dévoiler. Voila ce qu’il faut retenir.

PROGRAMME DES DEDICACES

Robert Lafont
– Ken Follett (Aux portes de l’éternité)
span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 16h30 à 17h30 (Rencontre puis dédicaces)
span>span>– Carina Rozenfeld (La symphonie des Abysses)
span>span>span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 11h30 à 13h30
span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 11h30 à 13h30
– span>span>span>span>Cat Clarke (A kiss in the dark)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 11h30 à 13h30
span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 11h30 à 13h30
span>span>- span>span>span>span>Myra Eljundir (Khaleb)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 11h30 à 13h30

Flammarion
– Paolo Coelho (L’alchimiste)
– Cassandra O’Donnel (Malenfer)

span>span>span>span>span>span>             Le Vendredi 20 mars 2015 de 13h30 à 15h30
span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 11h à 13h

span>Pocket
– Marie Pavlenko (Marjane)
span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 16h à 18h

Albin Michel
– Benjamin Lacombe et Sébastien Perez (Les super-Héros détestent les artichauts)
span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 14h à 16h

span>Gallimard
– Timothée de Fombelle (Le livre de Perle)
span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 11h à 13h

span>span>– Christophe Mauri (Mathieu Hidalf)
span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 11h à 13h

span>span>Rageot
– Manon Fargetton (La nuit des fugitifs)
span>span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 10h à 13h

span>span>span>nobi nobi !
– Chiaki Miyamoto (Le perroquet de l’Empereur, Les couleurs de Bilo)
span>span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 14h à 17h
span>span>span>span>span>– Satoe Tone (Le voyage de Pippo)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 11h à 13h et 14h30 à 16h
span>span>span>span>span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 11h à 13h et 14h30 à 16h
span>span>span>span>span>span>span>– Samantha Bailly (Kotori, le chant du moineau)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 13h à 15h
span>span>span>span>Ki-oon
– Testsuya Tsutsui (Poison City)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>             Le Samedi 21 mars 2015 de 13h15 à 15h15
span>span>span>span>span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>13h15 à 15h15

span>Kurokawa
– Yûki Kodama (Blood Lad)
span>span>span>             Le Vendredi 20 mars 2015 de 16h à 18h

span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 15h à 17h
span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 13h à 15h et 17h30 à 19h30

span>Fleuve Editions
– Anne-laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat (Et je danse, aussi)
span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 de 13h30 à 15h

span>span>span>span>span>Lumen
– Andrea Cremer (Le secret de l’inventeur)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 13h30 à 14h30
span>span>span>span>span>             Le Dimanche 22 mars 2015 span>span>span>span>span>span>span>span>de 13h30 à 14h30

span>span>span>span>span>span>XO Editions
– Sophie Audouin Mamikonian (Tara Duncan)
span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>span>           Le Samedi 21 mars 2015 de 14h à 17h

//

Le salon du Livre de Paris 2015 se prépare....
Le salon du Livre de Paris 2015 se prépare....

slideshow(document.querySelector(‘.ob-slideshow-1377063670’))

PROGRAMME DES CONFERENCES

span>span>span>span>Vendredi 20 mars

span>span>12h30 – 13h30 – Fantastique fantasy pour les 8/12 ans span>span>- SCENE JEUNESSE

span>span>Le genre a conquis de longue date, les jeunes (et moins jeunes) adultes. Les petits ne sont désormais plus en reste : ils ont aussi leurs romans fantastiques et de fantasy qui les emmènent au plus loin dans les contrées de l’imaginaire, à la suite de héros qui savent les faire vibrer et rêver.
Avec Cassandra O’Donnel (Flammarion), Eric Senabre (Didier jeunesse).

span>16h30 – 17h30 – Littérature ado : littérature d’apprentissage ? span>- SCENE JEUNESSE

span>span>On les dit fous de fantasy. C’est vrai. Mais nos ados dont le besoin d’imaginaire est insatiable construisent aussi leur personnalité de lecteurs avec d’autres formes de littérature, dont le roman inspiré du réel, proche de leur quotidien et peuplé de personnages qui leur ressemblent…
Avec Elise Fontenaille N’Diaye (Le Rouergue) et Eric Sanvoisin (Gründ)

span>span>Samedi 21 mars

14h30 – 15h30 – Le roman graphique : un nouvel objet littéraire ? – PLACE DES AUTEURS

Science-fiction, Fantastique, Héroïc Fantasy puisent-ils aux mêmes sources ? Ces littératures de l’imaginaire, dont s’inspire une grande partie des films contemporains, sont-elles mesurées à leur juste valeur ? Quelle place occupent-elles chez les lecteurs, les éditeurs ou encore dans les medias ?
Avec : Catherine Dufour, Jean-Philippe Jarovski, Pierre Bordage et animé par Fabrice Colin

span>17h30 – 18h30 – La romance pour Ado span>- SCENE SQUARE JEUNESSE

span>span>On en voit de toutes les couleurs, mais on y revient toujours. Venez écouter Georgia Caldera (j’ai lu), Cat Clarke (Robert Laffont) et Charlotte Bousquet (Rajeot jeunesse) parler de toutes les formes de romance.

 

span>span>Dimanche 22 mars

12h30 – 13h30 – Drôle de super héros – SCENE SQUARE JEUNESSE

Des supers héros avec de super pouvoir Avec Elsa Brants (kana), Sébastien Perez et Benjamin Lacombes (Albin Michel jeunesse)

span>14h30 – 15h30 – Le phénomène Lou : rencontre avec Julien Neel span>- SCENE SQUARE JEUNESSE

16h – 17h – Littérature de l’imaginaire : une littérature oubliée ? – PLACE DES AUTEURS

Prenant sa source dans les années 50, le roman graphique est un genre à la croisée du roman illustré, de la bande dessinée et de la peinture. Comment se nourrit ce genre à la frontière qui requière avant tout de ses auteurs une formidable faculté d’adaptation créative ? Existe-t-il des auteurs ou des collections spécifiques de romans graphique en France ? Ce genre est-il plus développé hors de l’hexagone ?
Avec : Jean-Luc Fromental, Emmanuel Moynot, Vahram Muratyan, Loo Hui Phang et Philippe Dupuy